Chargement Évènements

Calendrier des événements

Sonorité rémanente du grand sage

Avant-propos de l’exposition Sonorité rémanente du grand sage

 

La cithare Guqin est l’un des instruments de musique les plus anciens de Chine, importante partie constitutive de la civilisation traditionnelle chinoise des rites et de la musique. En chinois ancien, le mot « Qin » fait spécifiquement référence au Guqin, ce qui montre le statut particulier du Guqin.

Le Guqin en tant qu’instrument de musique a son propre processus de développement, du Qin à cinq cordes existant déjà sous la période de Yao et Shun, au Qin Tang à sept cordes, plus ancien Qin transmis que l’on peut voir aujourd’hui, jusqu’aux courants Guqin spécifiques modernes, il s’est constitué sur plusieurs millénaires en un vaste système synthétisant en un corps instrument Qin, personnages Qin, musique Qin, théorie Qin, devenu premier des « Qin, échecs, calligraphie, peinture » que le lettré chinois se doit de cultiver. Parallèlement le Guqin est aussi doté d’une intense nature rituelle, composante indispensable du cérémonial sacrificiel de la Chine ancienne.

Le Musée du Palais de la Cité Interdite en tant que musée fondé sur les bases de la cour des Ming et des Qing a hérité des riches collections des maisons impériales des deux dynasties, et n’a cessé par la suite de s’enrichir, formant la plus importante collection de Guqin du monde. Le fonds du Musée du Palais de la Cité Interdite compte actuellement 88 Guqin, les époques Tang, Song, Yuan, Ming, Qing sont intégralement représentées, les objets remarquables exposés peuvent refléter relativement exhaustivement l’histoire du développement du Guqin. La présente manifestation montre les instruments standards des Qin célèbres collectionnés par le Musée au cours des différentes dynasties, afin de retracer pour le public la structure de l’histoire du développement du Guqin. Différents objets en lien avec le Guqin ont aussi été sélectionnés afin de montrer au public sous de multiples aspects le monde de la culture du Guqin.

« De la foule des instruments, la potentialité du Qin est supérieure », nous espérons que grâce à cette exposition la culture du Guqin rencontrera encore plus d’amis !

INFORMATIONS

Du 9 juillet 2021 au 31 décembre 2021

Exposition en ligne du Centre culturel de Chine

AFFICHE

Description des unités de l’exposition Sonorité rémanente du grand sage

 

Partie I Fonds Qin du Musée du Palais

 

Les commencements du Guqin remontent à la période Yao et Shun de la haute antiquité, le plus ancien instrument Qin transmis date des Tang. Les Qin Tang tels « Sonorité rémanente du grand sage » collectionnés par le Musée de la Cité Interdite sont les trésors suprêmes de l’histoire du développement du Guqin. Cette partie conduite par le Qin Tang a sélectionné des instruments Guqin célèbres d’époques différentes collectionnés par le Musée de la Cité Interdite, permettant au public de percevoir plus intuitivement les vaisseaux sanguins de l’histoire du développement du Guqin. Par ailleurs, cette salle d’exposition montre en outre des partitions de Guqin et autres objets connexes, révélant les riches contenus du Guqin phénomène culturel.

 

1- Cithare Qin des Tang « Sonorité rémanente du grand Sage »

Époque Tang, fonds ancien du Palais Qing, catégorie 1 rang A

Longueur totale 120,3 cm ; largeur front 19,2 cm ; largeur épaules 20,2 cm ; largeur queue 13,5 cm ; épaisseur 5,2 cm

Style Shennong, en bois de paulownia, revêtement Fœtus cendré en corne de cerf, laqué couleur châtaigne, traces éparses de laque vermillon ultérieurement surajoutées, à la surface de la laque apparition de craquelures motifs Ventre de serpent et Poil de buffle. Ouïe Étang du dragon ronde, ouïe Marais du phénix ovale, dans le ventre du Qin absorbeur de son rebondi, marqueurs positionnels dorés et chevilles en jade ; sillet Mont Yue de santal rouge et chevilles et pieds de jade postérieurement complétés lors des réparations effectuées par Guan Pinghu et Wang Shixiang.

Inscriptions gravées au dos du Qin, au-dessus de l’Étang du dragon gravure du nom du Qin « Sonorité rémanente du grand Sage », des deux côtés de l’Étang du dragon inscriptions gravées en écriture des clercs, en-dessous grand sceau « Inclusivité » gravé en écriture sigillaire, laqué or. Agencement des inscriptions approprié, correspondant aux gravures anciennes. Dans le ventre aux quatre coins de l’Étang du dragon, quatre caractères laqués vermillon en écriture des clercs « An Bingshen de l’ère Zhede » (756 après J.-C.), il s’agit du nom de règne de l’empereur Suzong des Tang, Li Heng, 1e année de son accession au trône. Le Livre de la musique de Chen Yang sous les Song du Nord note : « L’empereur Ming des Tang de retour à Shu, sur édit impérial le spécialiste préposé aux ordres de cour, Lei Yan, fut désigné à Xiangyang. » On peut ainsi savoir que ce Qin en lien avec la période de changement de règne a été réalisé sous la responsabilité de Lei Yan.

 

2- Qin des Song « Flûte de la pureté »

Song du Sud, fonds ancien du Palais Qing

Longueur totale 121,2 cm ; largeur front 17,6 cm ; largeur épaules 18,2 cm ; largeur queue 13 cm ; épaisseur 5,2 cm

Style Zhongni, en bois de paulownia, revêtement Fœtus cendré en corne de cerf, laqué noir, craquelures motif Givre. Étang du dragon et Marais du phénix rectangulaires, marqueurs positionnels dorés, chevilles et pieds en jade blanc, sillet Mont Yue et queue en santal rouge.

Au dos du Qin riches inscriptions gravées, au-dessus de l’Étang du dragon gravure du nom du Qin en écriture sigillaire bleutée « Flûte de la pureté », en-dessous se trouve le sceau carré « Qianlong, appréciation impériale » en vermillon, dans l’Étang à droite annotation gravée du ventre en écriture régulière « Réalisation Yan Gongyuan », à gauche et à droite de l’Étang directement jusqu’aux deux pieds inscriptions du Qin gravées de Liang Shizheng, Li Zongwan, Chen Bangyan, Dong Bangda, Wang Youdun, Zhang Ruo’ai, Qiu Yuexiu, complétées de cinq couleurs, ces sept personnes sont des Sujets poètes de Qianlong.

 

3- Qin des Ming « Vent et pluie de la Porte du Dragon »

Ming, fonds ancien du Palais Qing

Longueur totale 120,8 cm ; largeur front 21 cm ; largeur épaules 20,2 cm ; largeur queue 14,3 cm ; épaisseur 6 cm

Style Fuxi, en bois de paulownia, revêtement Fœtus cendré en tuile, laqué noir recouvert de laque vermillon, craquelures Poil de buffle. Étang du dragon rond, Marais du phénix ovale, marqueurs positionnels en nacre, chevilles et pieds en jade blanc, sillet Mont Yue et queue en buis.

Au dos du Qin au-dessus de l’Étang du dragon gravure du nom du Qin en écriture cursive « Vent et pluie de la Porte du Dragon », en-dessous de l’Étang du dragon grand sceau carré « Inclusivité » gravé en écriture sigillaire, annotation du ventre indéchiffrable, vagues mentions « Grands Song », « Époque […] restauré », « Époque Wanli […] restauré de nouveau ». Qin d’origine sévèrement endommagé, restauré dans les années 1940 par Guan Pinghu après qu’il eut restauré le Qin « Sonorité rémanente du grand Sage ».

 

4- Qin des Qing « Dix mille ravins, flots des pins »

Qing, fonds ancien du Palais Qing

Longueur totale 124,5 cm ; largeur front 17,4 cm ; largeur épaules 19,2 cm ; largeur queue 13,3 cm ; épaisseur 5,5 cm

Style Zhongni, en bois de paulownia, revêtement Fœtus cendré en corne de cerf, laqué noir laissant légèrement apparaître du brun jaunâtre, craquelures Ventre de serpent et Poil de buffle. Étang du dragon et Marais du phénix rectangulaires, marqueurs positionnels dorés, chevilles et pieds, protecteur de chevilles et support de queue postérieurement complétés.

Au dos du Qin au-dessus de l’Étang du dragon gravure du nom du Qin « Dix mille ravins, flots des pins », à droite et à gauche de l’Étang du dragon gravure de l’inscription du Qin en écriture des clercs « Pénètre la potentialité de révélation de l’esprit, rejoint l’harmonie du ciel et de la terre », en-dessous de l’Étang du dragon grand sceau carré « Conservation de l’harmonie suprême », à gauche du Marais du phénix gravure « Présenté avec déférence, Sujet Tu Juren ». Dans l’Étang écriture régulière à l’encre « Fabriqué à Nanchang par Tu Ansheng ». Les Tu dans le Jiangxi sont sous la dynastie Ming une ancienne famille de luthier, au début des Ming ils réalisent des Qin, sous les ères Jiajing et Wanli ils sont particulièrement prospères.

 

5- Figurine de poterie jouant du Qin

Han Orientaux

Hauteur 41 cm ; largeur 33 cm ; épaisseur 17 cm

La figurine est coiffée d’un petit bonnet, visage rond et plein, laissant apparaître les dents dans un sourire. Vêtue d’une robe longue à manches amples pan à droite, agenouillée, Qin posé sur les genoux, les deux mains appuyées sur le Qin, l’index de la main droite plié en position de jeu. Sculpture épurée, l’air vivant et l’esprit joyeux au jeu du Qin sont remarquables, œuvre typique des Han Orientaux de la région de Pengshang dans le Sichuan.

 

6- Figurine de poterie écoutant du Qin

Han Orientaux

Hauteur totale 41,3 cm ; largeur 27,8 cm

Figurine féminine portant une coiffe, yeux légèrement fermés, coins de la bouche légèrement relevés, visage souriant. La main gauche posée sur l’oreille gauche, la main droite posée sur la cuisse. Vêtue d’une robe pan à droite, ceinture à la taille, agenouillée. L’air naturel, elle semble plongée dans le merveilleux son du Qin.

 

7- Miroir motif Forêt de bambou, jeu de Qin et danse du phénix

Tang

Diamètre 21,5 cm ; poids 1 473 g

En forme de tournesol à huit pétales, bouton en forme de tortue, sous le bouton déborde en assise une feuille de lotus dont la tige légèrement sinueuse s’étend et pénètre dans les eaux de l’étang en-dessous, sur les rives de l’étang les pierres des quatre montagnes. À gauche du bouton en ornement une personne assise dans la forêt, Qin sur les jambes qui joue de l’instrument, à l’avant une table d’appoint. À droite du bouton en ornement un phénix, les ailes déployées, la longue queue enroulée vers le haut, dressé sur une pierre. Au-dessus du bouton, motifs de nuages et de soleil levant. Inscriptions décoratives près du bord.

 

8- Partitions de Qin en 6 tomes

Qing

Version : Règne Kangxi des Qing, copie manuscrite en langue mandchoue.

Format : 29,5 x 23 cm, sans cadre de planche.

Nom mandchou transcrit en « kin bubithe », sans nom d’auteur ni de traducteur, 1 coffret 6 volumes. Le volume 1 expose, avant les partitions de Qin, les traités de théorie musicale « Préface à Son rémanent des temps immémoriaux », « Traité du Qin de la haute antiquité », « Traité général des Cinq Sons » notamment, et de nombreux savoirs de base relatifs au Guqin tels qu’illustrations de l’instrument et présentations, positionnement des doigts sur le Qin, ou remarques, avec développement conjoint des illustrations et du texte. L’ouvrage commence par « Son rémanent des temps immémoriaux, mode tonal Apogée de printemps, 13 sections », suivi entièrement de partitions.

 

Partie II Guqin et Cité Interdite

 

Les dynasties Ming et Qing voient prospérer l’étude du Qin, alors qu’au sein de la Cité Interdite cordes et chant sont incessants. Sous les Ming, tous les empereurs prisent le Guqin. Les empereurs Qin Kangxi, Yongzheng, Qianlong de même prêtent attention au Guqin, ils rassemblent, apprécient et collectionnent un grand nombre de Qin célèbres. Le Guqin sous les Ming et les Qing tient une place importante dans la vie des empereurs. Dans le même temps, le Qin en tant que partie importante de la musique de cour apparaît dans les grandes cérémonies nationales, et dans la Cité Interdite revêt une signification encore plus solennelle. Hormis le Guqin lui-même, des objets variés imitant le style Qin apparaissent en grand nombre, constitutifs d’un intérêt singulier de la vie de cour.

 

1- Qing, style Confucius, Qin fabriqué par Yi Shaoshan

Qing

Longueur totale 120,8 cm ; Intervalle de latence Yinjian (longueur de corde efficiente) 112 cm ; largeur front 17,3 cm ; largeur épaules 19,7 cm ; largeur queue 14,5 cm ; épaisseur 5,5 cm

Qin de style Zhongni. Table en bois de paulownia, fond en sapin de Chine, laqué noir, revêtement Fœtus cendré en tuile et papier. Quelques craquelures, marqueurs positionnels en nacre. La table et le fond du Qin sont fissurés en deux, le dessus des chevilles et de l’Étang de la planche du fond est manquant. Sillet Mont Yue et queue en santal rouge, subsistent le sillet supérieur Mont Yue, le sillet inférieur Gencives de dragon et une moitié de la Queue en Carbonisé, les chevilles en bois sont intactes, il reste 1 pied. Dans l’Étang du dragon, annotation à l’encre en écriture régulière « Jinling, réalisé par Yi Shaoshan ».

 

2- Qing, Qin laqué noir « Reste du tonnerre »

Qing, ère Guangxu, intégré à la collection du Musée du Palais de la Cité Interdite dans les années 1950.

Longueur totale 118,8 cm ; Intervalle de latence Yinjian (longueur de corde efficiente) 110 cm ; largeur front 17,3 cm ; largeur épaules 18,2 cm ; largeur queue 12 cm ; épaisseur 4,5 cm

Qin de style Luoxia. Au dos du Qin Étang et Marais ronds, rosaces ornementales collées sur l’Étang et le Marais proéminentes vers l’extérieur. Caisse et fond en bois de paulownia, laque brute à effet lustrant tardif, revêtement Fœtus cendré en tuile, sans craquelure, marqueurs positionnels en nacre, chevilles et pieds en corne de buffle, manque une cheville. Sur l’appui du sillet supérieur Chenglu Recueillir la rosée, sculpture de type Fleurs de prunus, sur la Queue en Carbonisée sculpture de type Ganoderme.

Au dos du Qin inscription gravée, au-dessus de l’Étang du dragon gravure du nom du Qin en grands caractères d’écriture régulière verdis « Reste de l’orage ».

 

3- Volume en jade bleu Réinscription par le pinceau impérial du Livre complet des tempéraments musicaux

Qing, Qianlong

Longueur 10,3 cm ; largeur 6,9 cm ; épaisseur 6,4 cm

Volume en jade bleu, 12 tablettes contenues dans un coffret de bois de santal rouge fermé par un couvercle. Le contenu du texte du volume, écrit par l’empereur Qianlong, est enregistré dans Trois recueils d’écrits impériaux, tome X. Livre complet des tempéraments musicaux est une encyclopédie traitant de musique, danse, système des diapasons et mode musicaux, calendrier ; publication constituée de la collection de quinze ouvrages, dont l’auteur est Zhu Zaiyu, membre de la maison impériale. L’empereur Qianlong dans ses écrits émet de nombreuses critiques envers les points de vue de Zhu Zaiyu, et présente ses propres avis. La réalisation de la gravure des caractères d’écriture et de la fabrication de ce volume de jade est confiée à la fin du règne Qianlong par l’Administration des Affaires Internes au Département des créations tissées de Suzhou.

 

4- Ensemble de sceaux des 12 tubes sonores (1 ensemble de 12 objets)

Qing, Jiaqing

Ensemble de sceaux des 12 tubes diapasons, en jade bleu et jade blanc, boutons de formes variées représentant tous types d’animaux, dont les inscriptions sigillaires sont répertoriées dans la collection de sceaux impériaux Jiaqing Baosou. Les 12 diapasons, 12 tons de la musique chinoise ancienne, constituent une méthode antique de détermination des tonalités musicales. Les Rites des Zhou (Zhouli) indiquent : « Concernant les instruments de musique, la norme numérique est les douze tubes diapasons. » Les tempéraments musicaux et les mois de l’année étant au nombre de 12, dans la Chine ancienne les 12 diapasons et les 12 mois ont été mis en correspondance : Taicu-1er mois, Jiazhong-2e mois, Guxi-3e mois, Zhonglü-4e mois, Ruibin-5e mois, Linzhong-6e mois, Yize-7e mois, Nanlü-8e mois, Wuyi-9e mois, Yingzhong-10e mois, Huangzhong-11e mois, Dalü-12e mois.

 

1- Sceau ovale « tube diapason Taicu », bouton phénix, jade blanc, Qing Jiaqing, hauteur totale 5,4 cm, hauteur bouton 2,5 cm.

2- Sceau rectangulaire « tube diapason Jiazhong », bouton cerf, jade blanc, Qing Jiaqing, hauteur totale 5,5 cm, hauteur bouton 2,4 cm.

3- Sceau rectangulaire « tube diapason Guxi », bouton lion, jade blanc, Qing Jiaqing, hauteur totale 5,2 cm, hauteur bouton 1,5 cm.

4- Sceau rectangulaire « tube diapason Ruibin », bouton tigre, jade blanc, Qing Jiaqing, hauteur totale 5,2 cm, hauteur bouton 2,3 cm.

5- Sceau rectangulaire « tube diapason Linzhong », bouton lion, jade blanc, Qing Jiaqing, hauteur totale 4,8 cm, hauteur bouton 2 cm.

6- Sceau rectangulaire « tube diapason Yize », bouton lion, jade blanc, Qing Jiaqing, hauteur totale 5,1 cm, hauteur bouton 4,7 cm.

7- Sceau rectangulaire « tube diapason Nanlü », bouton éléphant, jade blanc, Qing Jiaqing, hauteur totale 4,7 cm, hauteur bouton 2,5 cm.

8- Sceau rectangulaire « tube diapason Wuyi », bouton lion, jade blanc, Qing Jiaqing, hauteur totale 5,5 cm, hauteur bouton 2,6 cm.

9- Sceau rectangulaire « tube diapason Yingzhong », bouton cheval, jade blanc, Qing Jiaqing, hauteur totale 6 cm, hauteur bouton 2,35 cm.

10- Sceau ovale « tube diapason Huangzhong », bouton bête sauvage, jade bleu, Qing Jiaqing, hauteur totale 6 cm, hauteur bouton 2,35 cm.

11- Sceau rond « tube diapason Dalü », bouton paire d’ours, jade bleu, Qing Jiaqing, hauteur totale 5 cm, hauteur bouton 3 cm, diamètre 3,2 cm.

12- Sceau ovale « tube diapason Zhonglü », bouton grue, jade bleu, Qing Jiaqing, hauteur totale 4,7 cm, hauteur bouton 2,2 cm.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Autres événements

Exposition photographies sur la Cité interdite
Exposition photographies sur la Cité interdite Du 26 décembre 2020 au 31 décembre 2021
Exposition sur la culture de Liangzhu
Exposition sur la culture de Liangzhu Du 1 janvier 2021 au 31 décembre 2021
Exposition photographies – Moi et mon pays
Exposition photographies – Moi et mon pays Du 23 janvier au 31 décembre 2020