Le rêve chinois de Balzac

 

Comme Victor Hugo, Honoré de Balzac s’est révélé grand écrivain français en Chine. Son oeuvre entière «La Comédie humaine» est très lue et appréciée du lecteur chinois. Comme Hugo, Balzac a un ‘complexe de Chine’.

 

Grand sinophile, Bernard-François Balzac, son père, avait quantité d’ouvrages sur la Chine, qui constituaient une riche bibliothèque pour le jeune Balzac assoiffé de la connaissance de l’Orient, et surtout de ‘l’Empire du Milieu’.

 

Balzac nourrissait son ‘rêve chinois’

 

Balzac se souvient : ‘Mon enfance a été bercée de la Chine et des Chinois par une personne chère qui adorait ce peuple étrange.’ D’évidence, il faut lire, derrière la périphrase, le nom de son père. Et depuis son plus jeune âge, Balzac nourrissait son ‘rêve chinois’. Plus tard, il a introduit la Chine dans la « Comédie humaine ». En 1836, Balzac a publié dans ‘La Chronique de Paris’ « L’Interdiction » où l’auteur a fait, par la bouche de son héros le marquis d’Espard, l’éloge du système moral chinois. Et puis, dans « Modeste Mignon » publié dans ‘Le Journal des débats’ en 1844, comme dans «Louis Lambert », «Le Curé du village », «Eugénie Grandet » et « La Peau de chagrin », il interprète son rêve chinois, disant que celui qui arrive en Chine devient immortel.

 

« La Chine et les Chinois »

 

Il faut signaler aussi que Balzac avait écrit, selon son propre mot, ‘un long article’ intitulé « La Chine et les Chinois » qu’il a fait publier en quatre feuilletons dans ‘La Législature’ des 14, 15 et 18 octobre 1842. Bref, ‘Le Rêve chinois’de Balzac constitue un sujet fécond à traiter dans l’histoire des échanges culturels entre la Chine et la France :

  1. Quel est le rêve chinois chez Balzac ?
  2. La Chine dans l’oeuvre de Balzac
  3. La réception du roman balzacien en Chine
  4. La Chine à la Balzac

Voilà toute une série de thèmes sur laquelle le conférencier s’apprête à livrer ses réflexions dans un dialogue transculturel. 

 

Intervenant : SHEN Dali, Écrivain chinois, figurant au International Who’s Who of Cambridge, président de l’Association des études des cultures chinoise et française, il a organisé en avril 1999 à Pékin ‘La Commémoration en Chine du Bicentenaire de la naissance de Balzac’, traduit en chinois «La Paix du ménage» et « Le Faiseur» de l’auteur de «La Comédie humaine » et publié «Une Chine à la Balzac » dans «Annales balzaciennes »(Paris, 2000) 

Informations

Lundi 22 mai 2017 à 19:00

 

Galerie photo