Les arts vestimentaires des ethnies peuplant la partie méridionale de Chine 

 

Dans le cadre de la présentation de l'exposition "Costumes traditionnels des minorités du Guizhou", le Centre culturel de Chine à Paris a l'honneur d'inviter Mme Marie-Claire Quiquemelle à intervenir sur les spécificités des minorités de cette région, et à nous faire partager ses vastes connaissances en matière d'ethnologie au Guizhou.

 

En effet, Mme Quiquemelle a notamment été chercheur au CNRS, et a dédié une grande partie de sa vie à la découverte des richesses de cette région, de ses populations et traditions si particulières.

 

Voici quelques mots écrits par cette grande chercheuse, qui décrivent les liens forts qu'elle a tissé au fil du temps avec cette région et ses habitants, ainsi que sa vison de cette exposition exceptionnelle.

 

Vingt-cinq ans d’expérience de terrain et de recherches au Guizhou

 

Si le Guizhou est, c’est son nom, une terre précieuse c’est surtout, comme je l’ai découvert lors d’un premier séjour en 1990, parce que cette province est un conservatoire de cultures à la fois diverses et très anciennes qui m’ont tellement fascinées que j’y suis ensuite retournée plus de cinquante fois, caméra à l’épaule, appareil-photo en bandoulière et calepin en poche, ce qui m’a permis de lever un peu le voile sur les genres de vie des populations minoritaires de cette province (Dong, Buyi, Yi… et surtout Miao) pour lesquels j’ai développé une véritable passion.

 

L’exposition présentée au Centre culturel de Chine à Paris, montre qu’au Guizhou, des cultures d’une richesse inouïe avaient été miraculeusement préservées jusqu’à la fin du XXe siècle.

 

Les populations non han du Guizhou ne disposaient pas de système d’écriture (sauf occasionnellement établies par des missionnaires) et pour elles, le décor du costume était un langage au moins autant que le moyen d’affirmer leurs caractères spécifiques et leurs talents artistiques.

 

Mais, comme chacun sait, au cours des vingt dernières années, la Chine a connu d’immenses changements auxquels aucune région, n’a échappé si bien qu’aujourd’hui la vie s’est modernisée, même dans les villages de montagne les plus reculés du Guizhou, où les gens portent de moins en moins leur costume traditionnel tandis que la plupart des anciennes coutumes sont déjà abandonnées.

 

Après une présentation de mon travail d’étude et de recherche au Guizhou tout au long de ces années, je propose que nous allions dans les salles où sont exposés les costumes pour présenter concrètement ceux qui me paraissent les plus admirables et que personnellement j’aime le plus. A cette occasion je pourrai aussi de répondre aux questions que l’on souhaitera me poser. 

 

Informations

Le jeudi 19 octobre 2017 à 19 :00

 

Galerie photo